• Naluri

Slam de Saint-Jacques en Arts par Slamdog Visionnaire

#Slam #SaintEtienne #SlamdogVisionnaire #SaintJacquesenarts


SLAM DE SAINT JACQUES EN ARTS(VERSION LONGUE INÉDITE !)

A télécharger ou lire ci-dessous !


Ici c’est le St Jacques

Nous sommes ouverts

Comme une bonne noix de St Jacques

Au pays du chaudron et des Verts


Valery

Et Nelly

Sont en face du Piccadilly !


Tommy Hilfiger,

Cheveux entre des Gold Fingers.

Belle allure,

Jolies coiffures,

Des tonnes de texte en abondance…

Comme dirait Stromae, « Alors on danse » !


J’ai vu Bodo, le Chester et la belette,

J’ai vu Bodo et le Chester danser !

Et, dans tout le quartier-c’est-la-fête,

On vient tous, vous faire danser !


J’te parle pas d’bédo mais d’« Herbe douce »,

De folie douce en mode poético latino !

On joue tartes sur table même si ça fait «

Mauvais genres ».


Ô Carina, c’est du pareil au même,

Que tu portes du Zara ou du Paul Marius,

Que tu croises dans le Good Night Gaming un certain Léo Marius

Ou que tu ailles manger au Kebab Grill, voir au Cyrus,

Comme Miley Cyrus,

Y a des petits hauts et des petits bas

En mode Slipissimo ou en Lady Gaga,

Bienv’nue à Gaga Land !

Ici on cultive nos graines électroniques comme à Jardiland,

A deux pas de « La Clapeuse à talons » y a Melocott’on et la Peña,

Y a nos p’tits talents et nos p’tites folies.

Et si t’es « Bittersweet », c’est-à-dire « aigre-doux »

Dingue, viens dans ce Hip-« Hop Square »

Ou au Chester où flotte un air d’Italie,

Viens prendre l’air et sniffer un brin d’folie,

Histoire de voir cette Galerie d’art à ciel ouvert…


Entre Aphrodite, citations de Miss Tic et Crazy Leprechaun,

Confidences de cuisines et gilets jaunes,

En aparté je confie que j’ai la bouche pleine de Baratin :

La liberté, dirait mon foie, ça coûte un rein !

Ressers-moi une chope de bière que je voie la vie comme un sketch,

Comme une fresque de Mac Feb, un Instant d’Emotion pris en photo par Géraldine Szczech,

Car nos artistes Touchent à tout,

Des visages d’Emmaüs aux œuvres remplies de collages d’affiches de pubs fourre-tout…

Devant tant d’art je reste ébahi, Je suis ahuri par les photos de Naluri

Qui défilent à toute allure sous nos yeux et dans nos vies…


On Touchatout,

Qu’on soit Messieurs, Mesdames ou Mesdemoiselles,

Qu’on saisisse un sourire – en noir et blanc - qu’importe l’âge des modèles,

Oui, on touche à tout,

Des corps à corps

Décorent nos bouches, au bout,

Décrochent des cœurs.

Décochons des sourires de nos gestes,

Qu’un zeste de triomphe jaillisse de cette Comédie,

Lors d’un stand up d’ « Uptown » Slam Poetry,

“One Step” is it “Père fect” ? Two steps is just Perfect between one or two library.


On reste Flex en Solex

On chante “O Partigiano” en choeur

« O Bella Ciao, Bella Ciao, Bella Ciao, Ciao, Ciao ! »

Dans un accent à couper au…

On coupe Square Jean Cocteau

Profiter de la vie de l’amour, de l’amour de la vie avant le voyage de nuit vers la mort.


Saint-Etienne en arts, c’est la valeur de la rue et toute son ardeur.

Pour profiter de nos poésies, vas-y arrête-toi, y a plus d’heure.


Dis-moi,toi, dis-moi,t’es dans quel mood ? Tu portes quelle mode ?

Vas-y j’te floode. Insta ? J’maîtrise les codes…

Parle-moi pas de bourde,

Ici c’est Up Town,

Comme l’Uptown Slam Poetry… Sorry ! … Je suis en mode “Low Battery”.


Damn’ ! Go, dames !!! Y a du son sale vers le salon Gotham !

Un défilé en tulle multicolore

Avec des sacs plus précieux que l’or

Approche du Grand Miray aux Platines,

On l’entend depuis la Lune et l’Autre

Comme la Grande Muraille de Chine…

Aucun de nos artistes ne se vautre,

Ni nos poètes, ni nos slameurs,

Car nos textes happent l’autre,

Hâtent les autres

Qui peut-être fuient leurs fautes

Et n’assument pas leur « Part de l’autre »

Comme l’écrit Éric-Emmanuel Schmitt.

Cet événement n’a pas fait « Pschitt ! »

D’un regard hébété

Tant de couleurs ont tout sublimé !

Demande donc à Claire Astheber

De quoi toutes ces belles filles ont l’air…

Les femmes de ce défilé

Sont toutes belles et ne se sont pas défilées.

La métaphore est filée,

Légère comme les Hôtesses de l’Errance,

Loin de l’Air Rance,

Entre Air France et Peuples dont la maison a été brûlée,

« Détruite » ou pillée

Comme dirait José Narvaez,

Poète parlant de choses aussi rares et précieuses que ce qu’abrite la bijouterie Escanez…


Je prends un little soda, cocktail mortel au Little Soba,

J’me crois au Cartel de Cocteau, ses cracheurs de fuego, ses Quasimodo et ses Esmeralda.

J’ai vue sur la Nostradama…


Entre Cabane Bambou et BarberShop,

Tant de brèves de tables mises au banc de trêves jetables,

De rêves de marbre, de mises en bière dans les échoppes.

Je deviens « L’Homme de Pierre ».

Regarde tous ces commerces et ose aller derrière !

Le Square n’est pas aussi désert qu’il en a l’air…

Dans ce « Méli-mélo » de mots et de mélodies,

La rue comme vitrine de notre « Petite Académie »,

La Criée sur La Fontaine achève cette frénésie.

Je déclame et je slame, oui, je dis

« I am the Smoking Slam Dog,

I’m slamin’ n’ rappin’ and toastin’ like-a-dog ! »

Comme Bertrand Carrot, sur un morceau de vers je te tire le portrait.

Plusieurs mètres après, je me pavane dans « Les Douces heures de la Palmeraie »…


Andiamo ! « Cadeau, Maestro ! »

HAUT LES MOTS !

Tony Montana braque Les Rhums à Nono,

Mais c’est « L’Eveil des Saveurs » qui fume Al Pacino…

Priez le Saint Patrick pour qu’il intervienne

Et que les pigeons longeant l’église Notre-Dame bénissent cette scène…

Vive l’Urbex ! Les Solex y remplacent les Rolex… Bienv’nue dans « Le Monde d’Alex »,

Et tant d’autres artistes que j’ai oubliés et que, Vingré ! Sûrement, ça vexe…



Texte : Antoine Mottin / Slamdog visionnaire

Crédit photo : Instant-émotion